Trains, risques et erreurs humaines

ESG
Ohio
Pollution
Risque
Train

Si vous avez suivi l'actualité, il est probable que vous ayez entendu parler du déraillement d'un train à East Palestine, dans l'Ohio.

Il y a un mois, le 3 février, un train de la Norfolk Southern a déraillé dans la ville, entraînant un problème matériel d’envergure et une pollution encore plus effrayante. Le train contenait des produits chimiques toxiques tels que l’acrylate de butyle, l’acrylate d’éthylhexyle, le monobutyle d’éthylène glycol et le chlorure de vinyle. Ils ont été brûlés par les autorités compétentes afin de contrôler la situation et de réduire le risque d’explosion.

400 000 litres, soit environ 450 mètres cubes, ont été déversés le long des voies ferrées, contaminant la zone immédiate. L’incendie contrôlé, bien que nécessaire, a libéré des produits chimiques dans l’air et dans l’eau. La ville a été évacuée afin de protéger les habitants d’East Palestine. Mais le mal était déjà fait. Le déversement a perturbé l’écosystème local et 40 000 poissons sont morts dans les cours d’eau environnants. Au bout d’une semaine, la ville a été jugée « sûre » et les habitants ont été invités à revenir. Malgré cela, l’eau, la terre et l’air ont été contaminés par des composés dangereux qui, à long terme, pourraient entraîner de graves problèmes de santé, tels que le cancer du foie et des problèmes respiratoires. L’incertitude de la situation a plongé les habitants dans le découragement et l’effroi.

Selon Norfolk Southern, l’accident a été causé par une surchauffe des roulements de roue. Bien que l’équipe du train ait reçu une alerte automatique indiquant que la température était critique et qu’elle ait pris les mesures d’urgence appropriées, le train a quand même déraillé pendant la décélération. Il est important de noter que les compagnies ferroviaires ont un rôle à jouer dans le choix du seuil de chaleur, en fonction de facteurs externes tels que les conditions météorologiques, et que ce seuil peut être modifié à volonté. Cet accident a suscité une demande accrue de réglementation.

Mais pourquoi en parle-t-on encore un mois plus tard ?

Au-delà de la nature tragique de l’incident, cet événement est symptomatique du mépris des entreprises pour le risque. Et, plus important encore, de la volonté aveugle des entreprises de faire passer le profit avant les personnes. Il serait facile de considérer qu’il s’agit d’un accident du destin, d’une situation qui s’est produite au mauvais endroit et au mauvais moment. Mais hélas, le syndicat des chemins de fer avait prévenu de l’imminence d’un accident, qui serait causé par une main-d’œuvre poussée à ses limites, des trains plus longs et une réduction des inspections en matière de sécurité et de risques. En d’autres termes, cet « accident », ou plutôt cet incident, aurait pu être évité si les compagnies ferroviaires avaient suivi les conseils des syndicats.

Cet incident n’est pas le premier du genre et ne sera certainement pas le dernier.

Mercredi 1er mars 2023, à peine un mois après le déraillement d’East Palestine, un accident ferroviaire est signalé. Deux trains sont entrés en collision à pleine vitesse dans les environs de Larissa, en Grèce. Comme on peut s’y attendre, le bilan est catastrophique : 57 personnes ont été tuées et de nombreuses autres ont été blessées ou se trouvent dans un état critique. Cet accident a marqué la conscience publique grecque. Le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a qualifié l’accident de « tragique erreur humaine ». Le chef de gare a été arrêté et est accusé d’homicide involontaire et de lésions corporelles graves par négligence. Cependant, le chef de gare nie ces accusations, et il semble que de nombreux Grecs soient d’accord avec lui. Le commentaire du premier ministre n’a pas été bien perçu par la population grecque, cet accident a été considéré comme une tragédie vouée à se produire et comme un échec de la part du gouvernement. À l’instar de la situation en Ohio, les cheminots ont été mis à rude épreuve. Proportionnellement à la taille du réseau ferroviaire, un total de 2000 employés aurait été nécessaire pour couvrir tous les besoins, mais il n’y a actuellement que 750 employés, ce qui signifie que la société travaillait à pleine capacité avec seulement 37,5 % des travailleurs nécessaires. Outre le manque criant d’employés, le système était défectueux et obsolète. La majorité des actions étaient manuelles alors qu’elles auraient dû être automatisées.

Si la pandémie nous a appris quelque chose, c’est que nous échouons systématiquement à nous préparer aux situations d’urgence.

Bien que conscients des risques potentiels, les entreprises et les gouvernements choisissent de renoncer à des mesures d’atténuation et à des plans d’action d’urgence substantiels. Finalement, un jour fatidique, toutes les conditions dont ils avaient été prévenus s’alignent et la pagaille s’ensuit. Les politiciens et les entreprises qualifient ces incidents de « tragédies imprévisibles » ; ils utilisent la situation pour gagner des points d’empathie dans une guerre aveugle pour le pouvoir, tout en ignorant la douleur des personnes touchées. Bien que de grands progrès aient été réalisés en matière d’évaluation des risques et que des précautions accrues aient été prises, ces accidents continuent de se produire et nous ne sommes toujours pas préparés.

Il semblerait que le S et le G de l’ESG soient oubliés.

Pour toute information sur la transformation ESG, les experts de VPWhite restent à votre disposition, pour vous fournir des solutions par la numérisation, l'accompagnement et le conseil

Transposition_par_la_france_directive_CSRD_image

Transposition par la France de la directive CSRD

Transposée le 6 décembre et publiée officiellement par ordonnance au journal officiel le 7 décembre, la France prend un temps d’avance en étant l’un des premiers pays à adopter ce texte.

fr_FRFR