Les angles morts et les failles du reporting ESG

ESG
ORPEA
Reporting

Le groupe français d'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (ehpad), ORPEA, subit une forte pression depuis la sortie du livre "Fossoyeurs", écrit par Victor Castanet.

Selon des sources réputées telles que Reuters, Bloomberg et le Financial Times, le groupe de soins a entrepris des actions peu honorables pour maximiser ses profits. Alors que la situation s’envenime et que la tension monte, les questions concernant l’exactitude et l’utilisation des rapports ESG et RSE refont surface. En effet, ce n’est pas la première fois qu’un tel scandale se produit.

La vraie question reste : comment n’avons-nous pas pu le prévoir ? ORPEA est un groupe aux antécédents irréprochables, ou du moins c’est ce que disent les données. Mais comment les données peuvent-elles s’éloigner autant de la réalité ? En effet, le groupe ORPEA a toujours été très bien noté selon les méthodes de reporting ESG, notamment par rapport à la moyenne du secteur. Ce sont des événements comme celui-ci qui démontrent clairement les lacunes du reporting extra-financier.

Ce cas particulier illustre parfaitement les difficultés rencontrées lorsqu’on essaie d’établir un lien entre la performance ESG et la performance opérationnelle. Comme si la traduction était perdue, relier les deux types de performances est devenu une tâche sisyphéenne ; et son inachèvement est un obstacle majeur à la bonne marche des processus de reporting ESG. Les rapports ESG présentent plusieurs défauts que des groupes tels qu’ORPEA ont utilisés comme échappatoires. Le problème de l’ESG réside peut-être dans la nature manichéenne des données qu’il exploite ; les données quantitatives, bien qu’extrêmement utiles, ne permettent pas de saisir les nuances complexes du fonctionnement interne d’une entreprise. Des pratiques telles que l’audit des données et les contrôles de cohérence peuvent contribuer à atténuer ces risques ; cependant, comme l’ESG devient de plus en plus recherché, il est important d’envisager des moyens de standardiser et d’améliorer nos points de données. Les rapports ESG ne constituent pas à eux seuls une preuve suffisante de fiabilité, et les actions entreprises par les entreprises seront bien plus éloquentes que les mots écrits.

Nos experts ESG vous aident à structurer vos reportings

Transposition_par_la_france_directive_CSRD_image

Transposition par la France de la directive CSRD

Transposée le 6 décembre et publiée officiellement par ordonnance au journal officiel le 7 décembre, la France prend un temps d’avance en étant l’un des premiers pays à adopter ce texte.

fr_FRFR