Bienvenue dans la jungle : ESG, exploitation minière et corruption dans la forêt amazonienne

Amazonie
ESG
Mines

Au cours des trois années qui ont suivi l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, la déforestation de la forêt amazonienne, les violences à l'encontre des populations autochtones et les activités minières illégales ont atteint un niveau record. Le président d'extrême droite a créé un précédent, et aujourd'hui plus que jamais, la population indigène et l'environnement sont en danger.

Le chef d’État climato-sceptique fait avancer cinq projets de loi aux conséquences cataclysmiques sur l’environnement. La légalisation de l’exploitation minière sur les réserves indigènes, y compris les territoires de la forêt tropicale comme la vallée protégée de Javari, figure parmi ces projets de loi. En outre, ces projets de loi entraîneraient un laxisme accru dans les réglementations minières, ce qui encouragerait davantage les activités minières illégales, connues sous le nom de garimpo.

Au Brésil, les manifestants déplorent depuis longtemps l’avarice croissante de leur président. En 2020, son manque de considération, suite aux désastreux feux de forêt, l’a mis sur la sellette. Malgré les réactions internationales, Jair Bolsonaro continue d’avancer à grands pas. Les populations indigènes et les citadins se sont rassemblés pour protester contre l’accaparement des terres et la mise en œuvre de plans destructeurs. Connus sous le nom de « combo de la mort » par les militants écologistes, les cinq projets de loi auront des conséquences environnementales et sociales désastreuses. Trois d’entre eux sont actuellement présentés au sénat et attendent un vote concluant.

Bolsonaro a fait avancer son programme en utilisant le climat géopolitique actuel comme un stratagème en sa faveur. En exploitant l’urgence de la guerre en Ukraine et les pénuries d’engrais qui en résultent, Bolsonaro pousse à l’intensification de l’exploitation minière, en particulier pour le potassium, un ingrédient clé des engrais. Sans surprise, l’affirmation du président n’est pas fondée, car la présence de potassium est plutôt rare par rapport aux autres minéraux rentables trouvés dans la région.

Ces projets de loi menacent l’écosystème complexe et fragile de la forêt amazonienne. Les impacts de la déforestation se sont déjà fait sentir. La destruction des habitats, la disparition des espèces, l’allongement des saisons sèches, les feux de forêt et la baisse de la qualité de l’air ne sont que la partie émergée de l’iceberg et si nous continuons à ce rythme, la forêt tropicale laissera place à la savane. Nombreux sont ceux qui qualifient ces projets d' »écocide ». La mort de la forêt tropicale déclencherait une réaction en chaîne dont l’élan serait tel qu’il serait impossible de l’inverser, entraînant avec lui tout espoir d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

Non seulement ces projets de loi constituent une attaque contre l’environnement, mais ils portent également la promesse d’une attaque contre les populations indigènes d’Amazonie. Sous Bolsonaro, les actes de violence à l’encontre des populations indigènes ont explosé, en partie à cause des garimpeiros enhardis. Outre la violence physique, l’intensification des activités minières dans les territoires autochtones augmenterait le risque de contact avec les povos isolados. Le contact avec ces tribus indigènes isolées pourrait entraîner la perte de cultures et de tribus entières en raison de l’introduction de maladies communes modernes telles que la grippe ou la Covid. La détérioration des territoires indigènes a déjà eu des effets désastreux sur les tribus locales. Comme l’a déclaré dans The Guardian Jaime Siqueira, responsable du Centre de travail indigène (CTI) : « Depuis la dictature, nous n’avons jamais vécu un moment aussi difficile ».

De manière surprenante, la dernière ligne de défense de la forêt tropicale pourrait bien être les institutions qui ont contribué à sa destruction par le passé. L’Institut Brasileiro de Mineração, également connu sous le nom d’IBRAM, s’est opposé avec véhémence à ces avancées. Le groupe, qui comprend des géants miniers tels que Rio Tinto, Alcoa et Arkema, a ouvertement fait pression contre les projets de loi du président, les jugeant « inappropriés ».

De multiples raisons expliquent l’approche « zélée » d’IBRAM. Il serait injuste de dire que l’industrie minière n’a pas changé, elle avance à grands pas vers le progrès. Avec l’ESG au cœur de ses décisions, les géants miniers publient désormais des données internes, se conforment aux normes internationales de durabilité, établissent de meilleures conditions de travail et s’efforcent d’innover de manière positive. L’industrie évolue constamment et elle est devenue consciente de son impact. Il serait toutefois injuste de penser que le conglomérat minier ne s’intéresse pas au potentiel que possède la forêt tropicale. Cela ne contredit pas automatiquement la volonté de procéder avec prudence et précaution et de protéger les populations indigènes locales.

Nous ne saurons jamais si ces actions sont motivées par la bonne volonté, mais une victoire reste une victoire. Dans ce cas, la conformité ESG pourrait contribuer à orienter la boussole dans une direction positive, en protégeant à la fois les populations locales et l’environnement mondial.  

Credits photo @amazonaid.org

Nous experts ESG répondent à vos questions

Transposition_par_la_france_directive_CSRD_image

Transposition par la France de la directive CSRD

Transposée le 6 décembre et publiée officiellement par ordonnance au journal officiel le 7 décembre, la France prend un temps d’avance en étant l’un des premiers pays à adopter ce texte.

fr_FRFR